entre-deux-vagues-cours-en-ligne.jpg
entre-deux-vagues_entete_02.jpg
entre-deux-vagues_entete_02.jpg
entre-deux-vagues_entete_02.jpg
entre-deux-vagues_entete_02.jpg
entre-deux-vagues_entete_02.jpg
entre-deux-vagues_entete_02.jpg
CÉRÉMONIE DES ANGES

Comme à chaque année, la journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal est le 15 octobre.

Nous vous invitons à la cérémonie des anges qui souligne le passage de ces petits bébés dans nos vies.

Dimanche le 15 octobre 2017 à 13h30 au Pavillon du Parc Beauséjour Rimouski.
Inscription obligatoire au 418 723-3944.

 

Témoignages

Nos clientes racontent

 Ces temps-ci, je fais appel au service de relevailles offert par le Centre périnatal Entre Deux Vagues. Ce service est très accessible, puisque l'aide natale peut venir m'assister le nombre de fois voulu et son horaire est flexible. Puis elle est très efficace pendant sa présence chez moi. En effet, elle me mitonne un bon repas et s'occupe du bébé pendant que je peux dormir ou m'occuper à des affaires personnelles. Cela nous permet, à mon conjoint et moi, de reprendre notre souffle et d'être ensuite plus reposés et détendus. J'apprécie beaucoup cette aide.

Stéphanie
19 mars 2015

Notre histoire d’amitié a débuté suite à une simple inscription au cours de yoga prénatal au Centre Périnatal Entre deux vagues. Alors que nous étions d’abord timides et réservées, les cours nous ont permis de faire doucement connaissance. Puis, lors du dernier cours, une des filles a eu l’idée de nous ajouter à un groupe privé sur Facebook pour que nous ne perdions pas contact. Nous nous rapprochions alors chacune de nos dates d’accouchement. À tour de rôle, nous écrivions des mots d’encouragement à la prochaine qui devait accoucher bientôt puis des mots de félicitations pour la venue du bébé.

Nous avons laissé passer un peu de temps et une fois toutes remises, nous nous sommes donné rendez-vous au Parc Beauséjour pour une marche avec nos poussettes. Nous avons répété ce rendez-vous de semaine en semaine jusqu’à ce que le temps devienne moins clément et qu’une des filles nous invite à aller prendre un café chez elle. Nos rencontres se sont alors transformées en dîners-après midis. Nous nous invitions chacune notre tour. Celle recevant s’occupait d’un plat principal et les quatre autres se séparaient un pain, une salade, une bouteille de mousseux sans alcool et un dessert. Parfois, une apportait son Bumbo ou sa chaise vibrante pour compléter le matériel déjà en place. Les bébés pouvaient alors se promener de la balancine, au tapis d’éveil, à la couchette, … selon leurs humeurs et leurs besoins. Ces moments nous étaient tous très précieux et nous les attendions impatiemment. Avec toutes ces journées passées seules, nous avions un grand besoin de parler et d’échanger. Et oui, malgré toute la bonne volonté de nos conjoints, après une dure journée de travail, ils n’avaient pas nécessairement envie d’entendre le détail de nos journées (bébé a bu 6 onces, a dormi 45 minutes, etc.) Dans nos rencontres, nous nous laissions aller ; aucun sujet n’était tabou à nos yeux. Nous pouvions parler d’allaitement ou de biberon, de percées dentaires, de perte de poids, de fatigue, … et ce pendant des heures. Nous nous donnions mutuellement des conseils ou nous nous rassurions de savoir qu’au moins une autre maman vivait la même chose que nous. Nous étions là l’une pour l’autre que ce soit dans les bonnes ou les mauvaises périodes.    

Puis, le retour au travail est malheureusement revenu. Il n’était donc bien sûr plus possible de continuer nos rencontres hebdomadaires. Nous avons donc réfléchi à un nouveau stratagème et réussi à intégrer à nos vies mouvementées : un dîner au restaurant une fois par mois, question de se mettre à jour et se tenir au fait des aventures de chacune avec son bébé. Puis, lors d’occasions spéciales, on s’invite à la maison avec conjoints et enfants. Ce que nous avons partagé et développé ensemble n’a d’autre choix de faire en sorte que nos amitiés perdureront pour l’éternité...

Louise C.

 

 

Par la présente, j’aimerais témoigner de mon expérience en tant qu’utilisatrice des relevailles du Centre périnatal Entre deux vagues.

C’est en janvier 2008 que j’ai mis au monde mon premier enfant, une jolie petite fille du nom de Marianne. Après sa naissance, une intense douleur au poignet droit m’a graduellement limitée dans les soins à prodiguer à ce petit être. Comme je n’avais aucune parenté près de chez moi et bien des amies occupées elles-mêmes avec leur propre enfant, j’ai dû trouver de l’aide autrement. Je me suis donc tournée vers le CLSC de ma région pour obtenir de l’assistance rapidement. À ce moment, on m’a avisée qu’aucun service de ce genre n’était disponible par eux, mais qu’il existait par le Centre périnatal Entre deux vagues, dont on m’a donné les coordonnées.

En contactant le Centre, j’ai rapidement obtenu le coup de main dont j’avais besoin grâce à leur service de relevailles.  Une femme dévouée et expérimentée, mère de plusieurs enfants, est venue m’assister dans les soins à apporter à ma petite, dans la préparation des repas et dans certaines tâches ménagères comme le lavage, le pliage et la balai. J’ai même appris à faire mes premières purées avec l’aide de cette dame bienveillante. Je n’oublierai jamais le support que j’ai reçu de la part du Centre périnatal et de sa travailleuse aux relevailles. J’ai même pu profiter du service plus longtemps que les délais habituellement prescrits étant donné une maladie rare chez mon conjoint et une dépression postpartum. J’ai aussi été utilisatrice des relevailles lors de la naissance de mon deuxième enfant, pour une durée plus courte à ce moment.

J’ai accepté de livrer ce témoignage car je sais que le coût véritable du service de relevailles, qui est loin de la participation monétaire demandée aux parents, est difficile à assumer par le Centre périnatal. Les relevailles sont primordiales pour toute famille qui se retrouve dans une position vulnérable. Elles font partie du tissu social Rimouskois et je souhaite de tout cœurqu’elle y conserve leur place.

Valérie B.
Rimouski, le 28 février 2013

 

 

 

 

 

Le Cron démarre